Le Sushi : l'art culinaire Japonais

De quoi est composé le rouleau de riz 

Les lamelles de riz se composent principalement toujours de la même base :

  1. Le riz : sans lui ce plat serait totalement différent, un riz bien collant et riche en amidon est la base d'un roulage réussi.
  2. Le poisson : comme dit plus tôt, c'est lui la deuxième pièce presque indissociable du met Nippon.
  3. Les fibres : c'est eux qui complètent la tri-force culinaire, un bon sushi est le symbole de ces trois sommes
  4. Les sauces : petit bonus qui est de plus ne plus présent, que ça soit la sauce soja ou une sauce directement mise dans la préparation, la sauce devient un élément qu'on ne peut plus négliger lors de l'achat 

Il y a d'autres aliments facultatifs tel que " le wasabi " et " le gingembre "  ou encore " l'algue nori " qui peuvent augmenter les saveurs dans nos papilles 

Nous allons-nous attarder sur le poisson, bien que souvent cru, certains vendeurs le cuise, tel que l'anguille ou la crevette.
Mais c'est plus souvent crue qu'on le retrouve, le leader de ce top est sans contestation le saumon, mais le thon ou encore la crevette encore une fois sont le plus souvent l'aliment qui vient peaufiner le riz vinaigré.

Les restaurants japonais ont eux aussi connu des changements et composent différemment maintenant, la culture évolue elle aussi et de nouveau best-seller voient le jour comme le California rolls qui vient d'Amérique! 

L'histoire de la naissance du sushi 

L'origine du sushi :

Le « sushi » n’est pas d’origine japonaise et bien non c'est au IVe siècle avant JC, qu'est né ce qu'on peut appeler sushi en Chine.
De base ce plat culinaire n'était qu'une technique pour conserver le poisson, pendant plusieurs mois le poisson était laissé fermenter dans le riz cuit à la vapeur et rangé dans des pots, c'est dans le riz que le moisi se produisait, comme ferment, parfait pour garder le poisson, pour manger l'animal de la rivière ou de la mer, il fallait jeter le riz puis nettoyer le poisson.

Puis L'Empire Mongole est arrivé en Chine, peu à peu les habitudes changèrent et l'animal d'écaille comme tant d'autres avec ces traditions de conservation fus perdu.
C'est bien au Japon que la coutume du pays de Mulan a été reprise, avec des étapes de conservation qui se sont améliorés dans le temps sans plus jamais perdre de son éclat, jusqu'à maintenant, où nous l'appelons "sushi". 

Mais la technique qui a changé le court de l'évolution du plat, on l'à doit sans doute aux habitants de la région d'Édo (devenu Tokyo par la suite), ils eurent comme intuition d'ajouter du vinaigre de riz pour accélérer le processus de fermentation.
Séduit par le mélange des saveurs entre le riz moelleux, le vinaigre et le poisson charnu les Japonais créèrent à ce moment les premiers sushis.

À partir du XXe siècle, grâce à une meilleure réfrigération des aliments, le chouchou culinaire de l'archipel devient le plat le plus emporter au boulot.

 

Le rouleau de printemps compresseur !

Une forme aux multiples variants :

La France n'échappe pas à la règle et dans notre pays comme tant d'autres nous appelons à tord sushi la tranche de poisson cru mis sur une petite boule de riz vinaigré.
Cela fait maintenant bien longtemps que ce terme mal employé traverse les années et trône dans nos esprits.

nous allons une dernière fois réparer les pots cassés, il existe de nombreux variants visuelle, mais tous n'ont pas le même noms entre autres dans les grandes lignes on y retrouve le plus souvent :

  • Le maki
  • Le sashimi 
  • Le Temaki sushi
  • Urumaki 
  • Futo maki 

Tous ressemblent à la coqueluche de riz, mais tous ont leurs propres spécificité.

Je vous laisse le soin de regarder nos autres articles pour plus d'explication !